Adrea
#BienDansMonCorps
C'est se sentir chaque jour 
 mieux accompagné
Par Veronique SAVARY
Le 31.08.2018

Quel sport mon enfant pratiquera toute l’année ?

Voilà c’est la rentrée, nous y sommes... Les vacances d’été s’achèvent et nous sommes en train de vérifier avec notre enfant que le cartable est bien prêt. La rentrée scolaire rime bien souvent avec le choix d’un loisir. Vous êtes de ces parents hyper prévoyants qui ont déjà inscrit leur enfant depuis début juillet, ou vous êtes plutôt de ceux qui attendent le forum des associations pour vous décider avec votre loupiot et l’inscrire à une activité sportive qu’il pratiquera toute l’année ? Si vous êtes dans le 2e cas, cet article va certainement vous intéresser.

Selon la ville où nous habitons le choix est multiple ou beaucoup plus restreint… Une fois les contraintes logistiques posées il nous reste à définir avec notre enfant quelle activité sportive il appréciera tout au long de l’année scolaire. Eh oui, 8 mois lorsque l’activité ne lui plait pas plus que ça… c’est long. Il convient donc de faire le bon choix : pas simple !!

Je choisis un sport en fonction de l’âge de mon enfant

Les enfants de maternelle (3-6 ans) ont souvent un peu moins d’offres que les plus âgés. En effet, les jeux en équipe sont encore compliqués car ils restent très égocentrés. Les activités les plus répandues à ces âges sont les bébés nageurs, la baby gym et l’éveil corporel ou musical. Généralement ce sont des séances où le parent accompagnateur reste à côté de son enfant car ils ont du mal à s’en détacher. Une période de repos est également souvent encore nécessaire pour cette tranche d’âge.

À partir de 6 ans, beaucoup plus de possibilités s’offrent à notre enfant… Il est plus autonome et il devient davantage demandeur car il voit notamment ses copains d’école pratiquer une activité extra-scolaire. Entre 6 et 9 ans l’esprit d’équipe commence à émerger, les sports collectifs peuvent donc commencer à lui plaire. Avant 10 ans, il découvre et explore, il est donc normal de changer d’activité chaque année.
Puis à partir de 10 ans, c’est bien souvent lui qui choisit, même si nous le guidons encore. À cet âge c’est son caractère qui prime pour le choix de l’activité. Enfin au-delà de 13 ans, il saura choisir seul la discipline qui lui plaira et lui conviendra.

Je choisis un sport en fonction du caractère de mon enfant

Le sport c'est bien connu, a de multiples vertus. En plus de se dépenser après une bonne journée d’école et d’évacuer son “trop plein” d’énergie (ce qui est déjà un très bon point) pratiquer une activité va permettre à notre enfant d’apprendre le dépassement de soi la gestion du stress. Notamment s’il participe à des compétitions. Mais également à gérer la défaite, ce qui est loin d’être toujours évident pour nos loupiots.

Et vous savez aussi que le sport optimise la mémoire ?
En optant pour un sport collectif, le développement de l’esprit d’équipe est un atout qui pourra également l’aider pour son avenir.

Une fois ces éléments génériques en tête, il est important de choisir le sport avec son enfant, bien entendu, car s’il ne valide pas notre choix nous risquons de devoir nous battre toute l’année pour qu’il continue son activité.

Un point clé dans cette décision est le caractère de notre chérubin. En effet, il est important que cette activité physique corresponde à son tempérament et l’aide à grandir.

  • Les sports collectifs (foot, basket, volley ou handball) d’une manière générale, sont recommandés pour les enfants de nature timide. Il aura ainsi l’occasion de découvrir le plaisir de “faire ensemble” et que les autres comptent pour obtenir une victoire. Cette découverte humaine l’aidera certainement à être mieux dans sa peau et prendre confiance en lui. Développer l’esprit d’équipe est un atout qui lui servira toute la vie. Et pour tous les enfants, quelle que soit leur nature, ces sports leur apprendront : le respect de l’adversaire et le fair play.
  • Notre enfant, de nature réservée, pourrait également s’épanouir dans les sports de combat (judo, karaté, taekwondo, lutte). Ceux-ci pourraient l’aider à vaincre sa timidité. Mais ces disciplines s’adressent aussi à notre petit s’il est une “pile électrique” et a du mal à tenir en place car elles pourront l’aider à se canaliser, respecter l’adversaire et les règles. L’équitation pourrait également l’aider sur ces aspects grâce au lien avec les animaux.
  • Notre enfant est complexé par son corps et a une posture qui manque de tonus ? La danse, activité préférée des petites filles, pourrait l’aider. Pas nécessairement la danse classique, hein… Cette discipline au sens large est connue pour améliorer la tonicité musculaire, la souplesse, le sens de l’équilibre et la coordination. Les enfants ayant fait, ou faisant de la danse, se remarquent souvent par leur maintien, même à l’âge adulte.
  • S’il a du mal à se concentrer, nous pouvons lui proposer des sports tels que l’escalade, la gymnastique ou la danse.
  • Une solution intéressante lorsqu’il reste indécis : le multisport, ainsi tout au long de l’année, il aura des expériences diverses et pourra affiner son choix pour les années suivantes.

D’autres éléments peuvent-ils définir le choix de l’activité extra-scolaire ?

Éviter d’amplifier les éventuelles phobies

L’activité physique va permettre de faire grandir notre enfant, à condition de ne pas risquer de développer ses éventuelles phobies. Par exemple s’il a peur des chevaux, inutile d’aller l’inscrire dans un centre équestre en imaginant qu’il dépassera sa peur au fil des semaines ! L’effet risque d’être totalement inverse. Gardons en tête que l’activité extra-scolaire reste de l’ordre du loisir. Se battre chaque semaine pour amener notre enfant qui traîne des pieds, risque de devenir un calvaire pour toute la famille.

Pour vous donner un exemple, il y a quelques années ma fille aînée avait une peur phobique de l’eau. Lorsque j’ai constaté que cette phobie avait tendance à diminuer et qu’elle se sentait plus à l’aise dans l’eau j’en ai profité pour l’inscrire à des cours de natation, ce qui lui a permis de dépasser complètement sa peur. Elle a terminé ainsi son année grandie, et fière de ce qu’elle avait accompli.

Suivre les envies de son enfant et non les nôtres

Notre enfant est une autre personne que nous. Si nous avons toujours rêvé de faire de la natation synchronisée sans pouvoir le faire, il n’est pas dit que notre enfant soit aussi fan que nous de cette activité ! Ses aspirations et ses envies lui sont propres et peuvent être complètement différentes des nôtres. 

La taille de notre enfant

Notre enfant est grand et embarrassé par sa taille ? Avec le basket par exemple, il apprendra qu’elle est au contraire un atout. Ce sport pourra l’aider à mieux se placer dans l’espace.

Quel que soit le sport que votre progéniture voudra pratiquer, il lui sera demandé un certificat médical. Il faut donc penser, parmi la longue “to do list” de la rentrée, à prendre rendez-vous avec notre médecin traitant.

Alors, ça y est vous avez une idée plus précise de l’activité sportive que vous voulez proposer à votre enfant cette année ? Je vous souhaite une excellente rentrée et une belle année sportive.

 

Véronique SAVARY

Dans la même catégorie

Le 17.05.2019

À pieds vaillants, rien d’impossible !

Vous avez du mal à supporter vos talons hauts ? Vous avez mal au dos ? Consulter un pédicure-podologue peut vous aider.
Le 02.05.2019

Sports adaptés, sports pour tous !

En sport, chacun se dépasse. En fauteuil, ou sur des jambes valides, les efforts ne sont pas les mêmes. Découvrez à quels handisports vous pouvez vous initier.
Le 28.03.2019

Être une fille à la salle de muscu : 3 conseils pour ne plus avoir peur

Mesdames, ne craignez pas les haltères ou les machines de la salle de muscu : ça fait aussi partie de votre abonnement à la salle de gym ! On vous donne les clés pour ne plus avoir peur d’y aller.